Un peu de sciences pour l’été…

Publicités

La science se cache derrière bon nombre d’aspects de notre vie…. Même l’été… Prêt à un petit cours rapide pour impressionner vos convives lors des soirées estivales sur la terrasse ?

PxHere (c)

Le bronzage, tout un art

Nous savons tous que ce sont les rayons ultraviolets du soleil qui sont responsables de notre teint hâlé des vacances. Mais d’autres rayons y contribuent également à 0,001 %, ceux provenant de galaxies et d’étoiles lointaines datant du Big Bang ! Vous ne regarderez plus votre bronzage de la même manière.
De plus, les rayons ultra-violets du soleil et du Big Bang induisent la production de mélanine par le peau, un pigment protecteur contre les rayons UV, avec un cycle de vie de 48 H, expliquent les scientifiques. En d’autre termes, les bains de soleils tous les jours rendent la peau vulnérable au soleil car ils cassent ce cycle de production de mélanine et la peau n’est plus protégée. Outre la crème solaire, il faut ménager sa peau et lui donner un jour de repos pour éviter des problèmes comme les coups de soleil voir pire.

H. Malcov-Brog et alUV-protection timer controls linkage between stress and pigmentation skin protection systemsMolecular Cell. Vol. 72, October 25, 2018. doi: 10.1016/j.molcel.2018.09.022.  

Baignade en forêt

Pour fuir la chaleur rien de tel qu’une balade en forêt. Il a été démontré scientifiquement, en 2017, qu’une promenade lente en forêt et en respirant profondément avaient les mêmes bienfaits qu’une séance de méditation traditionnelle. Ce type de pratique porte le nom de Shinrin-Yoku ou baignade en forêt. La marche lente au rythme de la forêt permet de diminuer la pression artérielle et de booster les défenses immunitaires, donc de se refaire une santé, en plus de rester au frais !

M. H. Hansen et al (2017) Shinrin-Yoku (Forest Bathing) and Nature Therapy: A State-of-the-Art Review. Int J Environ Res Public Health. 2017 Aug; 14(8): 851. Published online 2017 Jul 28. doi: 10.3390/ijerph14080851

PxHere (c)

Les lumières d’été

Il est devenu rare d’observer des lumières naturelles les soirs d’été, les fameuses lucioles ou vers luisants, du fait de la pollution lumineuse, du changement climatique, des insecticides…. Nous ne pouvons en voir qu’à la belle saison, l’hiver les larves hibernent.
C’est d’ailleurs en été, que les lucioles donnent un spectacle magnifique de lumières synchronisées dans les forêts du parc national Great Smoky Mountains, au Tennessee. Mais à quoi sert cette production de lumière ? Les scientifiques donnent deux raisons, dont l’une a été émise en 1882 et vient seulement d’être démontrée en 2018 ! La première raison est d’attirer les femelles pour la reproduction, la seconde, datant de 1882, est de signifier aux potentiels prédateurs que les lucioles ne sont pas bonnes à manger, comme les grenouilles avec leurs couleurs vives. Pour le démontrer, les scientifiques ont comparé le temps que les chauves souris mettaient pour comprendre et retenir que les lucioles n’étaient pas digestes. Dans un premier cas, le témoin, les lucioles étaient mises en contact avec les chauves souris, et la durée d’apprentissage était notée, cela prenait fin quand les chauves souris ne s’attaquaient plus aux lucioles émettant de la lumière.
Dans le second cas, les lucioles avaient été recouvertes de peinture noire, les empêchant alors d’émettre cette fameuse lumière. Les chauves souris en présence de telles lucioles mettaient beaucoup plus de temps pour comprendre et se souvenir que ces insectes n’étaient pas une nourriture pour eux. La lumière joue bien un rôle d’avertissement.

B. C. Leavell et alFireflies thwart bat attack with multisensory warningsScience Advances. Published online August 22, 2018. doi: 10.1126/sciadv.aat6601.

Voila vous avez de quoi briller un peu lors des soirées au bord de la piscine ou lors de balades en foret !