Les espèces vulnérables présenteraient des caractéristiques communes

Alors que les écosystèmes sont confrontés à une perturbation de la dynamique des communautés et à la perte d’habitat, l’idée de déterminer à l’avance quelles espèces peuvent disparaître est un sujet important en biologie de la conservation. Une nouvelle étude a identifié des traits communs parmi les plantes, les oiseaux ou les mammifères à risque de disparition, avec des résultats inattendus !


La dégradation des habitats naturels par les menaces anthropiques (telles que le changement climatique, la perte d’habitat, la pollution et le braconnage) a entraîné une perte record de biodiversité et l’accélération des taux d’extinction des espèces sans précédent dans l’histoire humaine. L’extinction n’est pas rare et est un processus pas complètement aléatoire mais influencé par des processus déterministes tels que les interactions biotiques, le filtrage environnemental, la disponibilité des niches et les caractéristiques biologiques de l’espèce. Par exemple, le risque d’extinction peut être accru chez les espèces animales ayant une petite aire de répartition géographique, une faible abondance locale, une spécialisation écologique, une grande taille corporelle et un niveau trophique élevé.

La vulnérabilité d’une espèce à l’extinction dépend à la fois de facteurs intrinsèques (stratégies du cycle biologique, génétique) et extrinsèques (environnement, menaces anthropiques). Les études reliant les traits intrinsèques au risque d’extinction ont montré des résultats variables et, actuellement, il n’y a pas d’analyse systématique de la corrélation entre les modèles démographiques des taux de survie et de reproduction par stade et le risque d’extinction. “Certaines combinaisons de traits d’histoire de vie et de taux démographiques peuvent rendre une population plus sujette à l’extinction que d’autres“, explique Hernandez-Yanez du Woodwell Climate Research Center et ses collègues dans leur article.

C’est pourquoi, dans cette nouvelle étude, Hernandez-Yanez et son équipe ont compilé des données sur les taux de croissance, la durée de vie et la reproduction de 159 espèces de plantes herbacées, d’arbres, de mammifères et d’oiseaux, et ont recoupé le statut d’espèce en voie de disparition le plus actuel de la Liste rouge de l’UICN. “Malgré notre échantillon relativement petit d’espèces, nous avons constaté que les espèces présentant certains modèles démographiques sont plus à risque d’extinction que d’autres, et que les prédicteurs importants différaient entre les groupes taxonomiques“, écrit  le trio de chercheurs.

Des résultats surprenants

Par exemple, les mammifères qui ont des durées de génération plus longues sont les plus menacés d’extinction. Ceci pourrait s’expliquer logiquement, car plus les espèces sont longues à attendre leur maturité, et donc le moment où ils peuvent se reproduire, plus il leur est difficile de s’adapter aux changements environnementaux rapides. C’est d’autant plus vrai si les animaux ne se reproduisent qu’une seule fois dans leur vie.

Pendant ce temps, les oiseaux qui se reproduisent souvent et grandissent rapidement, des poussins aux oisillons en passant par les adultes matures, sont plus vulnérables à l’extinction, ce qui était quelque peu inattendu – on pourrait penser que produire beaucoup de progéniture augmente les chances de survie d’une espèce. En revanche, d’autres études ont montré que les oiseaux avec des couvées plus petites sont confrontés à des risques d’extinction plus importants, de sorte que les données varient et que les différences pourraient refléter les nombreuses façons de mesurer la reproduction, notent les chercheurs.

En ce qui concerne les similitudes d’espèces entre les plantes, les plantes vivaces herbacées – le type qui meurt avant l’hiver et fleurit au printemps et en été – sont plus susceptibles de périr si elles mûrissent tôt et ont des taux de survie élevés en tant que semis juvéniles. Cependant, aucune tendance claire n’a été observée pour les arbres ligneux en voie de disparition. “Après tout, la déforestation pour les cultures et l’urbanisation ne font pas de distinction entre les espèces d’arbres“, écrivent Hernandez-Yanez et ses collègues. Les résultats rejoignant tout de même une autre étude récente présidant que les espèces les plus vulnérables, se trouvant au somment des chaînes alimentaires, possédaient de petites populations, limitées à des zones géographiques restreintes.

La liste Rouge, signal d’alarme mais frein aux études

Les amphibiens, par exemple, sont parmi les plus vulnérables , avec un tiers de toutes les espèces d’amphibiens connues menacées d’extinction et des milliers d’espèces non encore évaluées par l’UICN ou manquant de données pour le faire. Les écologistes de la conservation Elizabeth Boakes et David Redding déclarent “La plupart de ces extinctions ne sont pas enregistrées, nous ne savons donc même pas quelles espèces nous perdons“.

Malgré tous les efforts des scientifiques, l’étendue réelle de la perte de biodiversité et du risque d’extinction est donc largement sous-estimée. Près de 350 espèces de plantes herbacées analysées dans la présente étude n’avaient pas de statut UICN !

Reconnaissant cela, Hernandez-Yanez et ses collègues espèrent qu’une meilleure compréhension des caractéristiques qui exposent le plus les plantes et les animaux au risque de disparition contribue aux efforts de conservation. Les résultats pourraient être utilisés pour évaluer quelles espèces sont plus ou moins vulnérables à l’extinction, en particulier lorsque les données sur l’abondance font défaut.


Hernández-Yáñez H, Kim SY, Che-Castaldo JP (2022) Demographic and life history traits explain patterns in species vulnerability to extinction. PLOS ONE 17(2): e0263504. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0263504

Laisser un commentaire